mai10

Qui seront les gagnants sur le marché américain du poker en ligne?

Les actes d’accusation qui ont conduit à l’interdiction de trois grands opérateurs de poker aux États-Unis ouvrent une porte aux casinos américains. Ceux-ci ont plus que jamais la chance de faire de l’argent dans une industrie d’une valeur de milliards de dollars.

En créant leurs propres sites de poker, les casinos pourront combler le vide créé par la répression, mais il faut attendre que le jeu devienne légal aux États-Unis. Cela leur donnerait voie libre vers des dizaines de milliers de consommateurs qui ont vu leur passe-temps favori mis en danger par l’hostilité des procureurs fédéraux.

Mais les Américains jouent au poker en ligne malgré les nombreuses tentatives de les arrêter. Ainsi, les casinos font également valoir que les gouvernements pourraient plutôt utiliser les recettes fiscales provenant des jeux de poker.

Le mouvement a pris de l’ampleur la semaine dernière après que le magnat des casinos Steve Wynn, directeur général de Wynn Resorts Ltd, et son homologue au Caesars Entertainment Corp. se sont prononcés pour la clarification des lois fédérales, en vue d’autoriser le poker sur Internet.

Si, en fin de compte, le législateur voit les choses de la même façon – il est peu probable que PokerStars, Full Tilt Poker et Absolute Poker soient autorisés à revenir sur le marché américain alors que leurs dirigeants se confrontent  à des allégations de fraude bancaire, blanchiment d’argent et exploitation de paris illégaux.

Le PDG de Caesars, Gary Loveman, a expressément affirmé que c’était le bon moment pour que les casinos persévèrent publiquement à légitimer leur volonté.

« Notre industrie doit se moderniser de sorte à permettre à ses services d’être fournis par voie électronique et non pas dans ces coûteux établissements en briques et mortier », a déclaré Loveman. « C’est de plus en plus nécessaire, si l’on veut s’adresser à un public plus jeune. »

Si des entreprises comme Césars et Wynn ont déjà adopté l’idée du poker en ligne, d’autres ont aussi commencé à examiner la question parce qu’ils pensent que la régulation des jeux en ligne est inévitable.

D’autres sociétés, plus petites, craignent que le poker en ligne nuise aux revenus de leurs activités courantes.

Ajouter un commentaire »


avr15

Les taxes, une charge trop lourde pour les opérateurs

Les problèmes de réglementation qui ont miné le prix des actions dans les sociétés de jeu en ligne au cours de la dernière année se sont approfondis ce printemps 2011. A l’origine des troubles se trouvent les gouvernements des Länder allemands, qui ont proposé une taxe de 16,7% sur les paris sportifs en ligne, tout en réservant les services de jeu en ligne à seuls les opérateurs de jeux en dur.

Les conditions éprouvantes proposées par la réglementation semblent une concession claire aux casinos d’État après le succès de partis pro-monopole aux élections étatiques. Si la France peut servir d’exemple, la conséquence sera que de nombreux opérateurs cesseront tout simplement d’avoir des activités dans le pays en l’absence d’un profit raisonnable.

De plus, les Länder envisagent d’émettre seulement sept licences régionales et mettre fin aux paris en direct, un flux de revenus de plus en plus important pour de nombreux opérateurs de jeux en ligne.

Les annonces se sont prouvées particulièrement mauvaises pour Bwin.Party Digital Entertainment, qui puise actuellement entre 27 et 30% de ses revenus en Allemagne et a vu ses actions perdre un tiers de leur valeur à la suite des nouvelles.

Vu cette faiblesse, le pire scénario pour le groupe serait la perte totale des gains provenus d’Allemagne. Selon les analystes, il existe une forte, mais pas garantie, possibilité que les Länder assouplissent leur position avant que le règlement passe dans la loi. Cela est prévu pour la date à laquelle le traité inter-étatique sur les jeux expire, à savoir, la fin de 2011.

Cela s’est avéré être le cas en Espagne et en Grèce, où les propositions initiales pour une taxe sur le chiffre d’affaires ont finalement été édulcoré par le choix d’un impôt sur les bénéfices bruts, qui est commercialement viable. « La législation ne semble pas conforme au droit communautaire des marchés ouverts », a déclaré l’analyste James Hollins. Mais un éventuel changement ne pourra pas être fait en temps utile, avant l’adoption de la loi.

Le Land de Schleswig-Holstein est le seul des 16 Etats de l’Allemagne qui ne soutient pas la proposition. En échange, il propose une taxe plus judicieuse de 20% sur le bénéfice brut.

Lire la suite »

dans : Actualités Actualités jeux Législation jeux

avr6

Grand Duke Casino, une nouvelle marque sous l’égide Playtech

Un nouveau casino en ligne alimenté par le grand fournisseur de jeux Playtech a ouvert ses portes la semaine dernière aux joueurs du monde entier et promet d’être le prochain grand Casino Playtech.

Grand Duke Casino, exploité par Integra Gaming Limited et basé à Malte, offre plus de 150 jeux de casino de pointe et un système de fidélisation comme nul autre casino virtuel. Le casino peut être téléchargé, mais il est aussi accessible en flash. Dans les deux cas, il offre des machines à sous, du vidéo poker et des jeux de table avec des graphismes 3D et une technologie audio parfaite.

Les plus populaires jeux de casino Playtech ont été inclus dans le répertoire de Grand Duke Casino, y compris le dernier grand succès en matière de machines à sous – King Kong. Mathew Silverman, porte-parole d’Integra Gaming, a déclaré que la qualité du casino et du programme de bonus unique répondrait aux exigences des joueurs d’une manière professionnelle.

Le thème de ce nouveau casino en ligne est l’élégance des riches cours royales anglaises. Prenant son thème de l’histoire des aristocrates dans l’ancienne Angleterre, qui se réunissaient dans des clubs de jeux exclusifs pour se détendre en jouant, Grand Duke Casino va essayer de recréer cette période historique avec style et classe.

Le casino a un programme VIP à quatre niveaux, offrant des prix qui commencent à 7000 $ et montent à 22,000 $. Avancer sur l’échelle des VIP vaut certainement le temps que vous passerez au casino!

Lire la suite »

dans : Actualités Actualites casinos Logiciels jeux


avr1

Titan Bet Sportsbook reçoit la licence de la part d’Arjel

En un tour passionnant des événements, Titan Bet Sportsbook, basé à Paris, a reçu la licence nécessaire à offrir des services en France. L’Autorité de Régulation des Jeux En Ligne (Arjel) lui a récemment octroyé l’autorisation.

Le propriétaire de la nouvelle licence est The Nation Traffic SAS – qui détient le nom de domaine Titan.fr. La société possède déjà une licence de poker en ligne délivrée par l’Arjel. Cela s’est passé à la fin de 2010, lorsque Titan.fr a rejoint le réseau iPoker Playtech.

Auparavant, l’ancien ministre du Budget, Jean-François Copé, a établi le « Comité consultatif pour la mise en oeuvre de la politique de contrôle des jeux de hasard responsables (Cojer). Ce comité était chargé de garantir la sécurité, l’intégrité, la responsabilité et la fiabilité des activités de jeux en ligne.

Depuis lors, il y a eu des progrès encourageants en France. En résumé, le gouvernement a annoncé l’ouverture du marché, en conformité avec les exigences de l’Union européenne. Le ministre du Budget – M. Eric Woerth a présenté le projet de loi réglementant le marché du jeu en ligne français. Depuis lors, la dynamique du marché est restée stable.

Au cours de 2010, l’Arjel a octroyé plusieurs licences – environ 17 licences à 11 opérateurs de jeux, pour les paris sportifs, les courses hippiques et les jeux de poker en ligne. Les bénéficiaires ont été des entreprises principalement françaises, mais la société autrichienne Bwin, Everest Poker de Canada et BetClic de Malte ont été également bénéficiaires. Les fournisseurs de poker en ligne ont dû attendre, tandis que les opérateurs de paris sportifs et de paris hippiques ont commencé en force.

Lire la suite »

dans : Actualités Législation jeux

mar27

PokerStars prépare le terrain pour la légalisation du poker

Une semaine après que l’Etat de Nevada a annoncé l’introduction d’un projet de loi pour réglementer le poker en ligne au sein de l’Etat, PokerStars a pris toutes les mesures possibles pour s’assurer qu’ils sont bien placés pour tirer parti de ces changements législatifs.

L’une de ces mesures prises par la plus grande salle de poker du monde a été d’embaucher deux personnes expérimentées, Randall Sayre et Richard Perkins, en tant que consultants pour contribuer à élargir la sphère d’influence de PokerStars dans tout futur marché américain de poker en ligne.

L’ancien membre du Conseil de Contrôle du Jeu de Nevada Randall Sayre et l’ancien président de l’Assemblée de Nevada Richard Perkins ont déjà gagné la réputation d’être des partisans du poker en ligne réglementé. Par conséquent, leur décision pourrait également être considérée comme un moyen par lequel les cadres influentes peuvent introduire la question sur l’ordre du jour pour aider l’industrie du jeu de Nevada.

Comme Perkins explique: « Je vois les jeux sur Internet comme la façon dont Nevada se réinvente. C’est le véhicule de croissance pour l’industrie du jeu globale ».

Randall Sayre a réitéré la position de son collègue, tout en mettant en garde contre les dangers de l’ajournement. Il a ajouté que « PokerStars est une importante société qui cherche à faire progresser son programme. »

Une autre mesure que PokerStars a prise pour s’implanter dans un futur marché réglementé du jeu en ligne, a été d’annoncer une « relation stratégique » avec Wynn Resorts.

« Nous sommes enthousiasmés par les possibilités que le partenariat avec Wynn, un pionnier et un innovateur du jeu, engendrera pour PokerStars aux États-Unis », a commenté le président PokerStars Amd Mark Scheinberg.

Dans le cas où une loi est adoptée, les deux entreprises ont annoncé qu’elles exploiteraient alors un site de poker en ligne nommé PokerStarsWynn.com, dont le but est de fournir des jeux de qualité, des recettes fiscales et des emplois lucratifs.

Les sociétés espèrent maintenant que le projet de loi « AB 258″ recevra un accueil favorable lors de la prochaine Commission de l’Assemblée judiciaire, même si à l’heure actuelle de nombreux analystes ne lui donnent pas une grande chance de passer.

Lire la suite »

dans : Actualités Actualites casinos Législation jeux Poker



Nouveaux articles

Categories Populaires